Don’t go breaking my heart

Quand j’ai su que Johnnie To réalisait une comédie l’an dernier j’ai été surprise puis impatiente  de voir le résultat !! Non pas qu’il n’en ait jamais fait auparavant, Sparrow flirtait aisément avec ce genre, mais j’étais surtout curieuse de connaître la trame, le casting et de voir à quoi une comédie romantique telle que Don’t go breaking my heart pouvait bien ressembler avec To et Wai Ka Fai aux commandes….

Eh bien je n’ai pas été déçue car en plus de retrouver la délicieuse Gao Yuan Yuan dans le rôle de notre héroïne déboussolée, nous avons une figure bien connue des fans de To : Louis Koo dans le rôle de l’amoureux « casanova » et une nouvelle tête au sein de cette équipe : Daniel Wu dans le rôle de l’amoureux transi.

Le topo :  Chi Yan (Gao) vient de se faire larguer et par un hasard malheureux se retrouve avec son ex et sa nouvelle petite amie enceinte dans le bus la menant à son travail, causant alors une scène impossible l’obligeant à quitter le bus.  Une fois dehors, elle manque de se faire écraser sous les yeux de Sean (Louis Koo) qui l’ayant déjà remarqué plusieurs fois aurait pu lui venir en aide si Kevin (Daniel Wu) en état d’ébriété avancée ne l’avait pas sauvé in extremis. Après cette heureuse rencontre Chi fait plus ample connaissance avec Kevin qui en l’espace de quelques soirées va retrouver une confiance perdue et se remettre à dessiner (architecte déchu) tout en espérant conquérir le coeur de Chi. Mais celle-ci ayant fait au même moment connaissance avec Sean via des buildings interposés va oublier le rendez-vous proposé de Kevin 1 semaine auparavant et choisir Sean qui, casanova oblige, va lui-même la laisser « passer » suite à une rencontre féminine des plus osées…. 3 ans après le trio se retrouve dans des circonstances à la fois drôles et cocasses et Chi va de nouveau se retrouver au coeur d’un triangle amoureux dont l’issue n’est pas forcément celle que l’on croit….

C’est une comédie romantique dans le sens où on a là un triangle amoureux moderne. Car outre la relation conflictuelle entre ces 2 hommes amoureux de la même femme qui vont rivaliser d’ingéniosité au départ à base de smileys post-its, de grenouille ou de bague pour devenir numéro 1 dans le coeur indécis de Chi puis finiront par en venir aux poings, histoire de physiquement se prouver à l’un et l’autre leurs places respectives ; il y a cette femme, qui selon ses humeurs, ses désirs, ses espoirs va rester dans un état indécis permanent laissant sa chance à l’un, à l’autre, au point de ne plus savoir qui elle aime, qui elle ne veut pas aimer mais surtout qui elle veut réellement être.

Et c’est sans doute là où la patte To/Ka Fai se fait sentir : on est loin des bluettes sentimentales où le bad guy finit par faire quelque chose de répréhensible poussant l’héroïne dans les bras du « bon », on a ici des êtres humains simples et justes qui reflètent des personnalités à part entière : il y a celui qui aime les femmes et ne peut s’empêcher de jouer de son sex appeal mais qui lutte pour rester fidèle à celle qu’il aime vraiment, il y a celui qui est prêt à vouer sa vie à celle qui l’ a aidé à retrouver foi en lui et puis il y a cette fille de notre temps qui a le coeur qui balance pour ces 2 hommes mais qui n’arrive pas à faire son choix.

Côté mise en scène, on retrouve le côté simple mais efficace de To qui favorise ici les « hauteurs » n’hésitant pas à faire des buildings de Hong Kong des acteurs à part entière jouant alors le lien entre les personnages, favorisant leur besoin de recul mais peut être aussi de dimension humaine dès lors qu’il s’agit des relations sentimentales ? 🙂

Son approche est toujours aussi frontale mais je trouve que pour le coup la patte To est peut-être plus légère que dans ses films précédents….un besoin sans doute de s’essayer à un nouveau genre en apportant une construction stylistique neuve, épurée et sans chichis comme il aime à faire dans ses oeuvres originelles ?

Côté acteur-trices, je suis fan de Gao Yuan Yuan et je la trouve toujours aussi radieuse et légère dans sa manière de jouer tant elle semble légère, pétillante mais peut à tout moment dérouter avec cette fragilité touchante…..une actrice à suivre….

Puis nous avons le légendaire Louis Koo qui malgré son physique de rêve est capable de se fondre dans ses personnages avec facilité et aisance et ce côté un peu « loup » lui assure un charisme non négligeable dès lors qu’il nous la joue casanova. Rien à redire non plus pour Daniel Wu qui s’essaye depuis quelque temps aussi à la comédie et qui ma foi s’en sort plutôt bien…

J’aurais cependant une mention spéciale à 2 acteurs secondaires qui jouent très souvent les back up et qui me font sourire à chacune de leur apparition : Terence Yin dans le rôle de l’ex et que j’aimerais réellement voir en tête d’affiche car je trouve son talent peu usité par les réalisateurs HK alors qu’il mérite vraiment de se faire un nom et puis bien évidemment Lam Suet qui pour le coup n’a plus rien à prouver tant son physique débonnaire est connu et reconnu dans le cinéma HK et de To en particulier mais qui apporte à lui tout seul une bouffée d’oxygène absolument géniale !!

Résultat :  quand on sait que To a fait ce film dans le but de percer spécialement en Chine et de faire plaisir à certains de ses contributeurs, on peut comprendre les facilités scénaristiques et de mise en scène qui ont été choisi pour le film. Mais pour ma part je trouve l’essai concluant en comparaison avec beaucoup de comédies qui déferlent sur les écrans (petits et grands) et qui prennent souvent les mêmes ficelles avec des résultats comparables et donc sans originalité. Malgré le manque de profondeur des personnages où les ellipses scénaristiques (ceci étant cela ressemble à du To) je trouve le film sympathique, agréable et très bien servi !!

Les fans de To seront peut-être déçus par ce manque de profondeur ou de mise en scène voire même de ce changement de registre => préparez-vous il en a encore 2 à servir dans ce genre pour conquérir la Chine 🙂 mais pour les moins « exigeants » l’exercice est intéressant, drôle et ma foi très dans l’air du temps !

Un seul mot : enjoy !!

Publicités

2 Commentaires

  1. Une autre RomCom de Johnny To et de Wai Ka Fai ! Après avoir vu les deux perles que sont Needing You et Turn Left, Turn Right, difficile de passer à côté de leurs collaborations. Ils savent apporter une touche professionnelle bienvenue dans ce genre souvent très sous-estimé qu’est la comédie romantique !

  2. D’accord avec toi un duo de choc qui s’essaye avec plaisir à un genre devenu trop aseptisé..à suivre donc en attendant les « nouvelles » arrivées d’ici 2 ans je crois 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s